0

Ouvert de 10h à 17h

Aux origines des pharaons noirs
10’000 ans d’archéologie en Nubie

3 septembre 2014 – 17 mai 2015

Aux origines des pharaons noirs retraçait la trajectoire des sociétés préhistoriques et antiques de la Nubie au cours des dix derniers millénaires. Elle illustrait d’une part le monde des mort.e.s et les impressionnants rituels des nécropoles nubiennes, et d’autre part, le monde des vivant.e.s, des origines de la sédentarité jusqu’à la fondation des premières villes d’Afrique noire.

Ce projet ambitieux a exigé une refonte du parcours de visite du Laténium, avec la libération d’une salle supplémentaire pour l’exposition temporaire. Réalisée sur deux étages, Aux origines des pharaons noirs mettait en scène un ensemble exceptionnel de trouvailles archéologiques, avec de nombreux prêts accordés par les musées de Genève et de Leipzig, et tout particulièrement par le Musée de Kerma et le Musée national de Khartoum (Soudan).

Offrandes funéraires ou objets du quotidien, le.la visiteur.se pouvait y découvrir des bijoux et des ornements en or, en bronze, en pierres semi-précieuses, en ivoire, en faïence et en coquillages, des armes et des ustensiles de bronze, d’os et de pierre, des figurines animales et féminines, des céramiques finement décorées, des stèles et des sculptures en grès, ainsi que les reconstitutions monumentales des statues des “pharaons noirs” Tanoutamon et Taharqa.

Afin de restituer de manière réaliste les contextes archéologiques originaux, l’exposition présentait également des maquettes des premiers villages préhistoriques et de la ville antique de Kerma, explorée depuis des décennies par les chercheur.se.s de la Mission archéologique suisse au Soudan, ainsi que plusieurs reconstitutions de tombes avec leurs offrandes funéraires (dont l’extraordinaire momie naturelle d’un archer nubien).

Aux origines des pharaons noirs ne se cantonnait pas à la présentation des résultats des recherches archéologiques. Par le biais notamment de vidéos plongeant le.la visiteur.se dans l’ambiance du pays, l’exposition donnait aussi à voir l’aventure des fouilles sur le terrain et les liens tissés par les archéologues suisses avec les populations locales. Ces expériences humaines ont abouti à la création sur place d’un musée original, qui contribue de manière exemplaire à la mise en valeur des découvertes archéologiques. En guise de conclusion, l’exposition du Laténium donnait le dernier mot aux visiteurs.se.s du Musée de Kerma : hommes et femmes de tous âges et de toutes conditions sociales nous font ainsi partager leur attachement pour le patrimoine archéologique local.

Planifiée déjà depuis de nombreuses années, cette exposition réalisée dans le cadre d’un partenariat entre le Laténium et la Fondation Kerma pour la mise en valeur du patrimoine nubien a été inaugurée dans le cadre du 13e Congrès international d’études nubiennes organisé du 1er au 6 septembre 2014 à l’Université de Neuchâtel.