Musée

Description

Conçu pour tous les publics, de 4 à 104 ans, le Laténium est le plus grand musée archéologique de Suisse. Implanté dans un cadre féérique, doté d’une muséographie résolument moderne, il a reçu le Prix du Musée du Conseil de l’Europe.

Du Moyen Âge à l’homme de Néandertal, le Laténium présente 50’000 ans d’histoire régionale, mis en scène dans une perspective universelle, « entre Méditerranée et Mer du Nord ».

Le nom du Laténium évoque le site de La Tène, référence pour la civilisation celtique qui a habité l’Europe entière, de l’Irlande à la Turquie, de 450 à 50 av. J.-C. Mais les richesses du musée couvrent aussi des époques plus anciennes (les nomades du Paléolithique puis les « Lacustres » du Néolithique et de l’âge du Bronze) et plus récentes (civilisation gallo-romaine et Moyen Âge).

Au total, 3000 objets fascinants, témoignant de la vie quotidienne de nos ancêtres, sur 2200 m2 de surface d’exposition.

La formule du Laténium ? Du savoir et du rêve !

Historique

1952

La Ville de Neuchâtel remet à l’Etat les collections archéologiques conservées au Musée d’Art et d’Histoire. Le Musée cantonal d’archéologie est alors aménagé dans un bâtiment de la cour du Palais du Peyrou, au centre-ville du chef-lieu.

Les fouilles de la 2e Correction des Eaux du Jura dans les années 1960, puis surtout les interventions liées à la construction de l’autoroute A5 vont entraîner la découverte de dizaines de milliers de pièces archéologiques. Vétustes et trop exiguës, les salles du musée ne peuvent accueillir les nouvelles découvertes.

26 Juin 1979

Intervention au parlement neuchâtelois pour la création d’un nouveau musée d’archéologie (motion Rémy Scheurer et Pierre Duckert).

Octobre 1986

Concours international d’architecture : 47 projets sont déposés.

Le lauréat est un bureau d’architecture de Genève composé de 5 jeunes architectes.

24 octobre 1995

Le Grand Conseil accepte un crédit de 26,6 millions de francs pour la construction d’un nouveau musée cantonal d’archéologie à Hauterive.

6 juin 1996

Par vote populaire, les citoyens neuchâtelois plébiscitent la création du Laténium (66,2% de oui).

1er octobre 1998

Début des travaux de construction à l’emplacement du site archéologique de Champréveyres, à la frontière des communes d’Hauterive et de Neuchâtel.

7 septembre 2001

Inauguration officielle du musée, en présence de la Conseillère fédérale Ruth Dreifuss.

Le Laténium est parrainé par quatre personnalités majeures : Yves Coppens, professeur de paléoanthropologie et de préhistoire au Collège de France, René Felber, ancien président de la Confédération helvétique, Claude Nicollier, astronaute à la NASA, et l’océanographe Jacques Piccard.

Visité déjà par plus d’un demi-million de personnes, le musée a connu depuis son ouverture plusieurs consécrations officielles importantes. Lauréat du Prix du Musée du Conseil de l’Europe en 2003, le Laténium a accueilli en 2011 la cérémonie organisée par l’UNESCO pour célébrer l’inscription des palafittes du pourtour alpin (Allemagne, Autriche, France, Italie, Slovénie et Suisse) au Patrimoine mondial de l’humanité. Il a par ailleurs pris l’initiative d’un réseau international de musées de sites celtiques, par le biais d’un jumelage avec les musées de Bibracte et de Manching (Munich), qui s’est étendu récemment à Ullastret (Barcelone) et Lattes (Montpellier).

Architecture

Le bâtiment

Maître de l’ouvrage :

République et canton de Neuchâtel.

Réalisation :

Laurent Chenu, Bruce Dunning, Pierre Jéquier, Pieter Versteegh.

Suivi des travaux :

Laurent Chenu et Philippe Vasserot.

Le bâtiment abrite le musée, la section d’archéologie cantonale et la chaire universitaire d’archéologie préhistorique. Cette association de trois entités complémentaires sous un même toit facilite l’activation de synergies entre le terrain et les laboratoire, entre la recherche, l’enseignement et la mise en valeur publique de l’archéologie.

L’édifice, entièrement en béton, est recouvert de bois non traité (pin Douglas). Son système de chauffage mixte (copeaux de bois et mazout) est particulièrement économique : le Prix Minergie qui lui a été attribuée en 2004 récompense pour la première fois un musée.

Quelques chiffres

Longueur du bâtiment :

117 m.

Surface au sol :

6’600 m2 (dont 2467 m2 d’expositions et 553 m2 de dépôts pour abriter les collections).

Superficie du parc :

2,5 ha.

Coût total de la construction :

31 millions de francs.

La Confédération a apporté un soutien de 5,4 millions pour l’aménagement du parc, l’abri des biens culturels et les infrastructures universitaires ; 4,5 millions ont été réunis par des dons privés à la Fondation La Tène, et ont pu être investis pour la muséographie de l’exposition de référence.

Intervention artistique

Artefact

L’inauguration du musée a donné lieu à un concours d’intervention artistique, remporté par Yves Tauvel & Charles-François Duplain, avec l’œuvre « Artefact » : 75’000 cailloux en bronze numérotés, similaires aux graviers calcaires des allées du parc du Laténium. De 2001 à 2011, ces « artefacts » ont régulièrement été « semés » en petites quantités dans le parc du musée, pour inciter les visiteurs à vivre personnellement l’expérience de la quête et de la découverte archéologiques.

Artefact 2

En 2011, l’expérience s’est conclue par une nouvelle intervention artistique : « Artefact 2 ». Evoquant un détecteur de métal piégé dans le sédiment, cette œuvre en forme de roue a été installée simultanément sur les sites de Bibracte et Manching : ses rayons indiquent les directions respectives des trois institutions jumelées lors des 10 ans du Laténium.

Les collections

Archéo régionale

Si l’exposition permanente du Laténium présente 3000 objets, ses dépôts abritent près d’un demi-million de pièces, encore en cours d’inventaire et d’étude. Les principales séries sont conditionnées dans le « dépôt visitable », où des milliers d’objets sont disposés sur des étagères vitrées, à l’attention des chercheurs et des étudiants. Ce dépôt en cours d’aménagement est régulièrement ouvert au public, lors de journées « portes ouvertes » ou d’événements particuliers.

Collections étrangères

Le Laténium abrite d’anciennes collections recueillies lors de fouilles à l’étranger, constituées principalement au 19e siècle et offertes par des notables neuchâtelois, notamment les collections Clément (Grèce, Italie), Schneider (verres de Palestine), Clerc (Russie), Berthoud (Italie), Russ-Suchard (Tunisie), ainsi qu’un grand nombre d’objets isolés offerts par des particuliers au fil des décennies. Parmi ces collections, celle du Colonel de Bosset se distingue par son intérêt historique. Gouverneur de l’île de Céphalonie, ce Neuchâtelois a en effet offert au musée de Neuchâtel le produit de ses explorations archéologiques – en particulier le plus ancien ensemble connu de pièces mycéniennes, recueilli plus d’un demi-siècle avant les fameuses fouilles de Heinrich Schliemann à Troie.

Le laboratoire

Introduction

Le Laténium est doté d’un laboratoire spécialisé chargé d’assurer la pérennité des objets de notre patrimoine archéologique. Ce laboratoire comprend quatre unités de travail équipées d’un appareillage moderne et performant pour le traitement des matériaux organiques, des métaux, de la céramique, de la pierre et du verre. Ses membres participent régulièrement à des congrès scientifiques, à l’occasion desquels ils peuvent échanger leurs expériences sur de nouveaux procédés de traitement chimiques ou physiques.

Tâches

La tâche prioritaire du laboratoire de conservation-restauration réside dans la mise en œuvre de traitements et de procédures de conservation préventive. Dès réception des objets mis au jour sur les fouilles, il s’agit donc d’assurer la stabilité, à long terme, des matériaux. A cet effet, les conservateurs-restaurateurs doivent donc également assurer le contrôle des conditions climatiques de conservation, aussi bien dans les salles d’expositions que dans les dépôts du musée. De manière plus ponctuelle, le travail des conservateurs-restaurateurs consiste à restaurer certains objets dégradés, à réaliser des fac-similés et des reconstitutions de pièces particulièrement fragiles, à des fins muséographiques ou didactiques.

Projets scientifiques

Le laboratoire de conservation-restauration du Laténium est associé à divers projets scientifiques, dans les domaines de la recherche fondamentale en conservation-restauration ainsi que dans la recherche appliquée (développement de produits commercialisables). Ces recherches sont conduites dans le cadre de collaborations avec les instituts scientifiques des Universités ou des Hautes Ecoles, ainsi qu’avec d’autres partenaires muséographiques.

Il entretient à cet égard une relation privilégiée avec la filière suisse de formation en conservation-restauration, basée à la Haute-Ecole ARC Neuchâtel.

Selon les besoins des collaborations du musée, le laboratoire exécute ponctuellement des mandats de conservation-restauration pour des tiers, dans ses domaines de spécialité.

Nos partenaires

Le Laténium a initié en 2011 un jumelage de musées archéologiques défendant une vision commune de la civilisation celtique. Ce réseau européen réunit des institutions modernes, fortement impliquées dans la recherche scientifique, qui mettent en valeur des sites majeurs de l’époque de La Tène.

BIBRACTE

Bibracte, le Musée de la civilisation celtique et le Centre de recherches européen qui lui est associé mettent en valeur les découvertes effectuées dans le cadre des fouilles internationales organisées sur l’oppidum des Eduens. Vercingétorix y fut proclamé chef de la coalition gauloise et Jules César y acheva la rédaction de La Guerre des Gaules.

MANCHING

Rattaché à l’Archäologische Staatssammlung de Munich, le Kelten-Römer Museum de Manching présente plus d’un siècle de découvertes sur l’oppidum de Manching, qui est l’une des plus grandes agglomérations celtiques d’Europe – et assurément la mieux documentée scientifiquement.

ULLASTRET

Rattaché au Musée archéologique de Catalogne (Barcelone), le musée du Puig Sant Andreu valorise le site d’Ullastret, le plus grand établissement ibère connu en Catalogne, et illustre les contacts noués par le peuple des Indiketes avec le monde celte, sous l’influence des cultures grecque et punique.

LATTARA

Dans l’agglomération moderne de Montpellier, le musée de Lattara met en valeur ce port gaulois fouillé de manière exemplaire dans le cadre de partenariats scientifiques ambitieux, et met en évidence les interactions, sur la longue durée, des populations celtiques locales avec les Etrusques, les Grecs, les Ibères et les Romains.

Nos soutiens

Introduction

Un musée vivant a besoin de l’appui de ceux auxquels il s’adresse. Institution publique émargeant au budget de l’Etat de Neuchâtel, le Laténium fait donc toujours appel, pour ses activités, au soutien de sponsors et de particuliers. Ce soutien nous est précieux – qu’il soit moral ou monétaire ! A cet effet, vous pouvez faire un don à la Fondation La Tène, qui promeut, favorise et soutient le développement du Laténium.

Si vous souhaitez pouvoir jouir de l’entrée gratuite à vie au Laténium, vous pouvez vous acheter un « laténium » d’or ou d’argent.

Enfin, vous pouvez adhérer à ArchéoNE, l’association des amis du Laténium, qui compte plus de 700 membres, qui sont régulièrement invités à des conférences, des excursions, des visites commentées d’expositions, ainsi qu’aux vernissages et aux « events ».

Fondation La Tène

La Fondation La Tène a été constituée le 19 mai 1994. Elle est un organe de droit privé lié à la République et Canton de Neuchâtel ; son président ainsi que les membres du Conseil de fondation sont nommés par le Conseil d’Etat.

Les buts actuels de la Fondation sont de promouvoir, favoriser et soutenir le développement et les activités du Laténium, notamment en participant, dans la mesure de ses moyens, aux frais d’exploitation et, de manière générale, d’encourager l’enrichissement et la diffusion des connaissances archéologiques dans le canton de Neuchâtel.

www.fondation-la-tene.ch

Archéone

Archéone c’est… l’Association des amis du Laténium et de l’archéologie neuchâteloise, qui réunit amateurs des sciences du passé, scientifiques et amoureux du Laténium autour d’une archéologie plurielle. De la Préhistoire à l’Epoque moderne, Archéone propose à ses membres de voyager à travers les âges pour mieux comprendre la trajectoire de l’Homme.

Par ses activités, l’association vise à développer l’intérêt du public pour l’archéologie en général, neuchâteloise en particulier. Elle soutient également le Laténium, participe à son rayonnement et fait la promotion du riche patrimoine archéologique neuchâtelois en contribuant à sa préservation et à sa mise en valeur.

Rejoignez-nous et…
  • participez au cycle d’une dizaine de conférences annuelles données par des personnalités passionnantes sur des sujets de notre région mais aussi de l’Europe, de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique ou de l’Océanie.
  • accédez gratuitement au Laténium et à ses expositions.
  • prenez part à des excursions et des voyages archéologiques conduits par des spécialistes.
  • recevez des informations sur l’actualité du Laténium et des invitations personnelles aux vernissages des expositions.
  • contribuez à l’animation des événements du Laténium.
  • bénéficiez de réductions sur les publications « Archéologie neuchâteloise ».

En guise de cadeau de bienvenue, les nouveaux membres reçoivent une affiche d’exposition.

Archéone

Programme des conférences 2016-2017

Bulletin d’adhésion

 

header-optin-bloom-small

Inscrivez-vous et recevez chaque mois l'agenda des activités de notre musée!

Merci de vous être enregistré. Vous recevrez un e-mail de confirmation.